Lieve Goossens, flûte
Jana Boušková, harpe
Jean-Luc Votano, clarinette
OPRL direction : Christian Arming

Mozart
Symphonie n° 29, K. 201
Concerto pour flûte et harpe,K. 299
Concerto pour clarinette, K. 622

Le concert se donne à 20 heures dans la Basilique
Restauration sur place avant et après le concert
Ce concert est à présent sold out.


       

Lieve Goosens

Née à Termonde en 1979, Lieve Goossens est flûte solo de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège. Après des études aux Conservatoires Royaux de Gand et d’Anvers chez Philippe Benoit et Aldo Baerten, elle poursuit sa formation auprès de Gaby Pas-Van Riet à Saarbrücken, où elle obtient le diplôme de perfectionnement en 2004. Parallèlement, elle suit des masterclasses avec Emmanuel Pahud, Peter-Lukas Graf, Philippe Bernold et Philippe Boucly.

Lieve est lauréate de plusieurs concours: Mozart (Wiesbaden), Tenuto, Dexia Classics,…

De 2000 à 2002 elle est membre de l’Orchestre de l’Union Européenne, dirigé par Vladimir Askenazy, Sir Colin Davis, Paavo Järvi,…

De 2002 à 2005 Lieve est piccolo solo du Staatsorchester de Saarbrücken et depuis septembre 2005, flûte solo de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège. 

Comme Lieve adore faire de la musique de chambre, elle fait partie de l’ensemble à vents I Solisti del Vento.

En tant que remplaçante elle joue régulièrement dans d’autres orchestres comme deFilharmonie à Anvers, Sinfonieorchester Aachen, Filharmonie Zuidnederland,  l’Orchestre de la Monnaie et  l’Orchestre de la Radio Flamande. 

En tant que soliste, elle a joué avec l’Orchestre de la Radio Flamande (Brussels Philharmonic), l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, La Musique Royale des Guides,  l’Orchestre des Jeunes Flamand et avec l’Orchestre Charlemagne.

Depuis septembre 2010, Lieve est chargée de cours de flûte  au Conservatoire Royal d’Anvers. Elle donne aussi des cours de traits d’orchestre au Conservatoire Royal de Liège.

 


Jana Boušková 

Les succès de Jana Boušková en ont fait rapidement une harpiste très demandée se présentant sur les scènes mondiales renommées non seulement comme soliste mais aussi avec d'autres interprètes tels que Mstislav Rostropovitch, Youri Bashmet, Patrick Gallois, Christian Tetzlaff, Gustav Rivinins, Sharon Kam, Janne Thomsen ou Jiri Barta. 

Jana Boušková a étudié au conservatoire de Paris et à l'Université d'Ostrava dans la classe de Libuse Váchalová, sa mère. Grâce à la bourse de la Fondation Fulbrigth elle a pu étudier à la très renommée Indiana University avec le professeur Susan McDonald. 

Ayant participé avec succès à de nombreux concours elle s'est aussi très bien classée aux deux plus prestigieux concours de harpe, à savoir en 1992 Médaille d'Or à l'International Harp Competition (USA) et Deuxième prix à l'International Harp Contest (Israël). Elle est aussi lauréate du Concours international de Musique de Chambre 1998 à Paris et aussi de l'Harpa Award en 1999 en Suisse pour ses extraordinaires succès aux concerts et son grand apport au jeu de la harpe.

On peut voir régulièrement Jana Boušková en soliste et aussi avec des ensembles de chambre sur les plus importantes scènes de concert tant dans son pays qu'à l'étranger (Alice Tully Hall - Lincoln Center à New York, le Gewandhaus à Leipzig, le Symphony Center à Chicago, le Théâtre de la Ville de Paris, la salle de la Philharmonie de Berlin, le Suntory Hall de Tokyo, le Rudolfinum de Prague) et elle se présente aussi aux festivals Printemps de Prague, Concentus Moraviae, Berliner Festtage, Parry Sound à Ontario ou le Festival des Lauréats Juventus à Cambrai, l'Elba Isola Musicale d'Europe. Comme soliste elle collabore avec de nombreux orchestres dont entre autres l'Orchestre Philharmonique tchèque, l'Orchestre Philharmonique de Prague, Chicago Sinfonietta, Israel Philharmonic Orchestra, MDR Symphonieorchester Leipzig ou Tokyo Chamber Orchestra, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège et avec des chefs d'orchestre comme Gerd Albrecht, Christian Arming, Jiří Bělohlávek, Petr Altrichter et de nombreux autres.

En plus de ses  activités solistes, Jana Boušková enseigne au  Conservatoire royal de Bruxelles ainsi qu'à  l'Académie des Arts Musicaux de Prague. Elle prend part à de nombreux congrès et colloques de musique de chambre et elle est aussi invitée à participer comme enseignant aux masterclasses. En 1999 elle était aussi directrice artistique du VIIe congrès mondial de harpe. Elle est membre du Conseil artistique de l'Académie des Arts dramatiques musicaux. En 2002 elle a été invitée à enseigner à l'Indiana University (USA).

Jana Boušková possède à son palmarès plus de vingt CD réalisés pour les labels tchèques et internationaux, elle enregistre aussi des programmes pour différentes sociétés de radio et de télévision. À son vaste répertoire figurent des œuvres de tous les styles et toutes les époques ; plusieurs compositeurs contemporains ont composé spécialement pour elle.

Ses premières mondiales incluent entre autres, la sonate pour violoncelle et harpe de Ravi Shankar, créée aux Rencontres Musicales d’Évian avec Mstislav Rostropovich en 1999.

Jana Boušková joue sur une harpe de facture « Lyon & Healy », instrument qu'elle a remporté en 1992 lors de sa victoire à l'International Harp Competition aux Etats-Unis.


Jean-Luc Votano

Né en 1982, Jean-Luc Votano apprend la clarinette dès l’âge de 4 ans auprès de Giovanni Votano, son père. Il poursuit ensuite ses études aux conservatoires de Versailles et de Mons. En 2002, à l’âge de 20 ans, il intègre l'Orchestre Philharmonique Royal de Liège en qualité de première clarinette solo et devient professeur de clarinette à l'Institut Supérieur de Musique et Pédagogie (IMEP) de Namur. Élu « Meilleur Jeune Soliste de l'année 2004 » par les Radios francophones publiques et plusieurs fois nominé au Octave de la Musique, il est lauréat de nombreux concours internationaux.

Depuis l’âge de sept ans, il poursuit en parallèle une carrière de concertiste et joue notamment sous la direction de chefs prestigieux comme Armin Jordan, Louis Langrée, Christian Arming, Yoel Lévy, Yuri Simonov ou encore Pascal Rophé. Sa passion pour la musique de chambre lui permet également de pratiquer son art avec des partenaires tels que Martha Argerich, Michel Dalberto, Nicolas Angelich, François-René Duchâble, Claire-Marie Le Guay, Karol Beffa, David Lively, Karine Deshayes, Sophie Karthäuser, Henri Demarquette, Marie Hallynck, Lorenzo Gatto, Arnaud Thorette, Boris Belkin, Albrecht-Laurent Breuninger, Geneviève Laurenceau, Tatiana Samouil, les quatuors Debussy, Danel, Parisii et le Fine Arts Quartet. Depuis 2007, est membre du trio d’anches Abocalips et en 2010, il intègre l'Ensemble Contraste.

Jean-Luc Votano joue régulièrement dans toute l'Europe. En 2006, il fait ses débuts à New York, au Lincoln Centre, tandis qu’en novembre 2009, il est invité par le New Japan Philharmonic Orchestra de Tokyo pour la création Japonaise du Concerto pour clarinette de Magnus Lindberg. Son répertoire comprend une centaine de concertos et d'œuvres de musique de chambre ainsi que plusieurs partitions majeures du répertoire contemporain. Des compositeurs tels que Claude Ledoux, Johan Farjot, Robert Janssens, Max Vandermaesbrugges, Viviane Mataigne et Stéphane Orlando lui ont également dédié certaines de leurs œuvres.

Sa discographie comprend notamment des pièces concertantes de Mozart, Weber et Rossini avec l’OPRL et Louis Langrée (Cyprès), l’intégrale pour clarinette et alto de Bruch avec Arnaud Thorette, Johan Farjot et Pascal Rophé (Cyprès/Diapason d’or), intégrale des oeuvres pour clarinette de Schumann avec l’ensemble contraste (Cyprès). Elle s’enrichira prochainement des deux Sonates pour clarinette de Brahms (UT3 Records), des albums « Mozart Vibration » (Héliotrope) et  « Tango » avec l’Ensemble Contraste et l’OPRL (Aparté).

Artiste Buffet Crampon, Jean-Luc Votano joue sur un jeu de clarinette «Divine ».


L’Orchestre Philharmonique Royal de Liège (OPRL) 

Créé en 1960, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège (OPRL) est la seule formation symphonique professionnelle de la Belgique francophone. Soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles (avec le concours de la Loterie Nationale), la Ville de Liège, la Province de Liège, l’OPRL se produit a Liège, dans le cadre prestigieux de la Salle Philharmonique (inaugurée en 1887), dans tout le pays (à Anvers, Bruxelles, Charleroi, Hasselt, Namur, Saint-Hubert, Saint-Vith, Verviers, Virton...) et dans les grandes salles d’Europe (Amsterdam, Paris, Vienne, Espagne, Suisse, France…).

Sous l’impulsion de son fondateur Fernand Quinet et de Directeurs musicaux comme Manuel Rosenthal, Paul Strauss, Pierre Bartholomée, Louis Langrée ou Pascal Rophé, l’OPRL s’est forgé une identité sonore au carrefour des traditions germanique et française. À une volonté marquée de soutien à la création, de promotion du patrimoine franco-belge, d’exploration de nouveaux répertoires s’ajoute une politique discographique forte de plus de 80 enregistrements, la plupart récompensés par de nombreux prix et des distinctions internationales.

Christian Arming, Directeur musical depuis septembre 2011, pousse les feux de l’excellence et élargit les horizons de l’OPRL à tout le répertoire classique et romantique en donnant à l’Orchestre une nouvelle perspective dans le paysage européen.

Depuis plus de 15 ans, l’OPRL a pris le parti d’offrir le meilleur de la musique au plus grand nombre, avec des formules originales comme les Music Factory, les Samedis en famille ou les Concerts du chef.

L’ambition de l’Orchestre est de porter la musique toujours plus près des nouveaux publics à fidéliser et toujours plus loin en sa qualité d’ambassadeur culturel de la Belgique.

L’OPRL est également soucieux de son rôle citoyen tout au long de l’année, en allant vers des populations plus éloignées de la culture classique. Ses saisons permettent d’inscrire des collaborations importantes et régulières avec les autres formations orchestrales de Belgique ou d’Europe, les conservatoires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Chapelle Reine Élisabeth de Belgique, les Jeunesses Musicales et tous les acteurs culturels majeurs du quotidien.


Christian Arming

Christian Arming est l’un des chefs d’orchestre les plus recherchés d’Autriche, hautement estimé tant dans le répertoire symphonique que lyrique. Depuis 2011/12, il tient le poste de directeur musical de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège ; il a été auparavant directeur musical du New Japan Philharmonic de Tokyo.

Né à Vienne, il y a étudié la direction avec Leopold Hager à l’Académie de musique et des arts du spectacle. Il bénéficie également du soutien de son mentor Seiji Ozawa, qui le présente à Boston et Tokyo. A l’âge de 24 ans, Arming est nommé principal chef d’orchestre du Janáček Philharmonic à Ostrava en République Tchèque, position qu’il a tenue pendant six ans avant d’être nommé directeur musical de l’Orchestre symphonique de Lucerne de 2002 à 2004.

Suite au concert d’ouverture du Prague Spring Festival en mai 2003 où il avait dirigé l’Orchestre philharmonique tchèque, la carrière de Christian Arming s’est considérablement développée et il a depuis conduit de nombreux orchestres parmi les meilleurs d’Europe tels que le Deutsches Sinfonieorchester, l’Orchestre de la Radio de Francfort, la Staatskapelle de Weimar, la Staatskapelle de Dresde, le Salzburg Mozarteum, l’Orchestre symphonique de Vienne, l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre symphonique de Prague, l’Orchestre Verdi Milan, l’Academia Nazionale di Santa Cecilia, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre national du Capitole Toulouse et le RAI Turin. En mai 2008, Christian Arming a remplacé Georges Prêtre à l’Academia Santa Cecilia de Rome pour diriger la symphonie n°5 de Mahler. Suite aux louanges de la critique, il a été réinvité en juin 2010 pour conduire la symphonie n°3 de Mahler, qui a également rencontré un grand succès.

En dehors de l’Europe, il a dirigé le Boston Symphony Orchestra ainsi que les orchestres symphoniques de Cincinnati, Houston, Colorado et Vancouver. Aux Etats-Unis, il est chaque année invité à l’Aspen Music Festival et au Roundtop Festival.

Ses récents engagements l’ont amené à diriger le Tampere Philharmonic, l’Orquesta Sinfonica de Barcelona, l’Utah Symphony Orchestra, le Hiroshima Symphony Orchestra et le Staatsoper Hamburg, et pour la première fois le New Jersey Symphony Orchestra et l’orchestre philharmonique de Taiwan. Il a été réinvité à jouer avec le NHK Symphony Orchestra, le Shanghai Symphony Orchestra et, entre autres, l’Orchestre symphonique national de la radio polonaise. On le verra bientôt faire ses débuts à la tête de l’Orchestre Symphonique de Saint Louis et de l’Orchestre symphonique d’Atlanta.

Le travail de Christian Arming est également largement salué dans le monde lyrique. Il a dirigé en 1997 l’ouverture du Salzburg Festival, où il a immédiatement été réinvité pour deux concerts. En 1999, il a dirigé une nouvelle production du Tour d’Ecrou de Britten à Cincinnati, ainsi qu’une nouvelle production du Chevalier à la Rose à Triest. Ont suivies des nouvelles productions de La Bohème à Lucerne (2001), Salomé (2002), Elektra (2003) à Vérone, et  le Prince Igor à Strasbourg. Il bénéficie d’une collaboration étroite avec l’Opéra de Francfort : il y a dirigé en 2004 le Hollandais Volant, Don Giovanni en 2006, Jenufa en 2007, Les Contes d’Hoffmann en 2011 et Rusalka en 2015. Il a également régulièrement dirigé des opéras avec son orchestre à Tokyo, parmi lesquels Pelléas et Mélisande, Leonore, les Mamelles de Tirésias de Poulenc, Gianni Schicchi, Salomé, Une tragédie florentine de Zemlinsky, Lohengrin et Die Fledermaus. En juin 2013, il a dirigé une nouvelle production du Nain de Zemlinsky et a débuté 2014 en dirigeant La Flûte Enchantée au Teatro Regio de Turin et le Prince Igor au Staatsoper d’Hambourg.

Christian Arming a publié de nombreux CD incluant des œuvres de Janáček et Schubert avec le Janáček Philharmonic, ou encore la Symphonie n° 1 de Brahms, les Symphonies n° 3 et n° 5 de Mahler, la Symphonie n° 1 de Brahms, la 7e de Bruckner, le Requiem de Verdi et l’oratorio de Franz Schmidt Le Livre aux Sept Sceaux avec le New Japan Philharmonic. Ses enregistrements avec l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège de la Symphonie en ré mineur de Franck – pour lequel il a reçu le Diapason d’Or – puis d’airs d’opéra de Wagner avec le baryton basse Evgeny Nikitin ont tous les deux été reçus de manière extrêmement positive par la presse.